Course d'Orientation, VTT, Trail

Trail des piqueurs 2011 - La course

Hervé

piqueurs 2011C'est à 5h00 que le réveil chahute tout son monde ce Dimanche 20 Mars. La mise en route n'est pas évidente : petit déj' englouti et en piste pour le Puy de Dôme. Après 2h de voiture nous voilà à St Jean  les Ollières dans le brouillard par -1°C. Alors que les coureurs du 75km en découdent depuis 5h00 du mat', les regards se concentrent sur la place de l'Eglise où le départ des 20km et 33km va bientôt sonner.

Cette 3ème édition est sous le signe du record : plus de 700 coureurs sur l'ensemble des 5 parcours soit 3 fois la population de ce paisible village, Madame le Maire en est toute ravie et finit par nous libérer à 9h05.

007On dévale les ruelles, avant d'être lâché en terre inconnue. Pour ma part, je ne sais vraiment pas où je mets les pieds : j'ai peu de repère sur ma condition physique et sur la difficulté réelle de ce parcours. Bref, j'attaque ce trail des Piqueurs bizarrement, j'ai envie de connaitre cette aventure sans trop vouloir la vivre, cette attitude n'est pas trop dans mes habitudes mais c'est à l'image de ma préparation : un manque évident de serenité! 

chaos.jpgJe fini quand même par me mettre dans ma bulle au pied du chaos basaltique : un tas de pierres où marcher à 4 pattes est la manière la plus sûre pour progresser. 012Au Pic de la Garde, on retrouve les sentiers boueux, des goulets bien techniques où la rigueur est de mise. Je reprends quelques coureurs et des couleurs par la même occasion, cette première partie roule assez bien et rapidement la bifurcation 20/33 est là. Comme prévu, je continue sur le 33km et bientôt les difficultés vont se présenter.

J'attaque le vallon des Martinanches tout de mousse vêtu, cet endroit est vraiment bucolique. Je suis le dernier d'une longue file indienne mais qui file d'un bon train. C'est là que devant moi les coureurs me signalent "on s'est paumé"!!

sortie vallon de MartinancheBa mince! Par chance, la trace que l'on doit suivre se trouve à quelques mètres d'où je suis : je n'ai rien perdu, mieux!! Je viens de gagner un bon paquet de places sans forcer. Les choses sérieuses démarrent alors vraiment. Les traceurs nous ont concocté des deniv' à fort pourcentage : droit au but, perpendiculaires aux lignes de courbes, d'ailleurs les mains courantes sont vraiment ...courantes. Jusque là, tout va bien on est dans le pur trail et je ne suis pas déçu, je dirais même que je me réconcilie avec moi-même : je vis ce que je voulais voir! Génial!

020Au sortir du "mur", on approche du château ô lieu de notre premier ravitaillement. J'ai hâte car j'ai faim, et je sens de la fatigue dans les jambes.

031Le site est fort sympathique d'autant que le soleil perce de ses premiers rayons. Petit instant stop & start au stand sucré-salé et s'est reparti pour moi avec un étonnant classement : entre la 15 et 20ème position!  Cette info me perturbe quelque peu, car pour moi c'est synonyme de départ trop rapide et je dois encore tenir presque 20kms sachant que les difficultés sont encore devant moi. Je suis presque pris d'une sorte d'angoisse, comment vais-je tenir?.

027.JPGPetit à petit la serenité que j'avais gagnée au fil des kilomètres me fuit : je sors de ma course, les jambes sont lourdes, j'ai une envie constante de manger, la tête gamberge. Rien ne va plus, d'autant qu'une meute de coureurs revient sur moi. Dans un premier temps je me dis que ça doit être la tête de course du 75km, mais non ils sont bien sur le 33....???!! Pourtant, ils sont bien plus frais que moi et je n'ai aucun souvenir de les avoir croisés!

Mais alors?? Je percute enfin : cette  file indienne et les derniers qui sont devenus les premiers, alors forcément doucement je retrouve ma vrai place!!

N'empêche que j'ai le sentiment de pas avancer et cet épisode m'a mis un sacré coup au moral. Indéniablement, je baisse de régime, et les murs s'enchaînent les uns après les autres et vu mon état la fin du parcours se transforme en galère. Je m'accroche à des images positives, essaie de me booster. J'espère qu'une chose : l'arrivée au 2d ravito km27, car là je suis vraiment dans le dur, limite en hypo.

Après 3h30 de course, je débouche enfin sur les tables garnies de fromage, fourme d'Ambert, tucs, bananes, coca.... C'est bien la première fois que j'éprouve un tel soulagement devant un ravitaillement. J'englouti comme ça vient et repars assez rapidement pour éviter le vrai coup de massue.

037Il me reste 5km pour atteindre l'arrivée, et chaque coureur qui me passe me lance un mot d'encouragement,  allé "ne pas craquer maintenant", ouais ok mais bon... impossible pour moi de rester dans leur foulée, je suis vidé, j'en peux plus. J'aperçois le clocher, j'entends le speaker, les premiers spectateurs sont là, petite ruelle, dernière montée, encore un virage et ouf, l'arche est bien là! Les bénévoles pointent mon dossard en 3h55 en 32ème position.

Je voulais prendre mes marques avec ce premier trail et ben je suis marqué!

Mais quel trail, magnifique, exigeant, du hors piste qui ne laisse pas de place à une préparation hasardeuse et ça.........je m'en souviendrais!

Bravo à toutes et tous, à l'organisation, aux bénévoles, une pensée sympathique aux traceurs et merci aux suiveurs.

Pour un mémo des résultats, des parcours, des photos, c'est par !

video piqueurs 2011

cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires
C

Merci pour ces belles photos! bonne continuation.


Répondre
A

Hé ben, elle m'a l'air plutôt exigeante cette balade ! Tu ne t'en tires pas si mal. Avec de la fourme aux ravitos, j'aurais mis bien plus de temps que toi ... ;-)


Répondre
H


SAlut Arthur! j'ai bien hésité à m'installer au dernier ravito pour tester toutes les sortes de fromages, mais le pêché gourmand n'a pas eu le dessus!!



D

y a des passages limites escalade dans ce trail !

C'est une belle course malgré une fin un peu chaotique. N'as-tu pas craqué parce que tu pensais être parti trop vite ? C'était vraiment le cas ?


Répondre
H


Salut Doune,


ce trail est vraiment à faire car loin des sentiers battus! sinon c'est d'abord mentalement que j'ai failli, le physique a pris le relai, mais réellement je ne pense pas être parti trop vite